Bowers & Wilkins MT-60D Review

Bowers & Wilkins MT-60D Mini Theatre
B&W, Bowers and Wilkins, n'a plus besoin d'être présenté. Fondée en 1966 par les propriétaires d'un magasin d'appareils électriques, messieurs John Bowers et Roy Wilkins, cette marque anglaise avait comme ambition de concevoir l'enceinte acoustique parfaite. Le tout premier modèle, le P1, utilisait encore des haut-parleurs d'autres fabricants, le caisson et le filtre étant développés par les deux amis. Le succès de ce premier modèle leur permit d'investir dans du matériel de mesure, au lieu de dépenser les bénéfices dans un train de vie plus confortable. Cette philosophie d'investissement et de recherche continus allaient devenir la devise de la marque et la clé de son succès. 1976 vit la mise au point du kevlar comme matériau constitutif des membranes de haut-parleur. La légendaire enceinte DM-6 fut la première à être une entière réussite avec des cônes en kevlar. En 1979 démarre la production de la série 800 qui allait connaître un succès phénoménal dans le monde audiophile et professionnel. Encore aujourd'hui, les anciens modèles de la série 800 sont des références incontournables et atteignent des prix élevés sur les sites d'enchères d'objets de seconde main, tandis que les nouveaux modèles, bénéficiant d'une constante évolution, figurent toujours sur les plus belles marches du podium. En 1993 une nouvelle étape était franchie: la Nautilus fut saluée unanimement comme référence absolue. Ce n'était pas qu'un exercice de style ou un jouet pour les amateurs (très) fortunés : la Nautilus était un véritable laboratoire où les nouvelles technologies mises au point sont encore utilisées aujourd'hui dans les modèles abordables de la marque. L'abandon des coins à 90° et des surfaces planes parallèles a une importance majeure pour le contrôle des résonnances internes. Les surfaces arrondies, tant internes qu'externes, permettent un rayonnement uniforme des différentes fréquences. Et l'esthétique de l'enceinte s'en voit du même coup améliorée. En 2004 cette technologie est appliquée au caisson de graves PV1, une réussite dans cette partie de la bande passante où les difficultés d'ordre acoustique sont les plus difficiles à maitriser. La dernière trouvaille technologique de la firme est l'utilisation de diamant, matériau ultra-dur et stable, pour la fabrication de ses tweeters haut-de-gamme.
 
MT-60D
Le déballage du système multicanaux MT-60D dévoile 5 enceintes satellites M1 identiques et un subwoofer, le PV1D. Ce système est donc un cran au-dessus du MT-50 où l'on retrouve les mêmes satellites, mais assistés d'un subwoofer standard de la série ASW. Il faut sortir près de 2700 euros pour s'offrir le MT-60D, ce n'est donc pas du bas-de-gamme premier prix. Le subwoofer engloutit à lui tout seul une grosse part de l'argent dépensé, affiché à près de 1600 euros.

Premier contact
Les petites M1 ont la taille d'enceintes pour computer. Leur coffret est en aluminium et en matériaux composites de qualité. Elles disposent de pieds réglables, ce qui permet de les utiliser soit verticalement soit horizontalement. Traditionnellement, le haut-parleur central sera plutôt placé horizontalement, mais chacun choisira à sa guise. Le souci du détail dans la fabrication est remarquable : même le logo B&W pivote selon l'utilisation. L'utilisateur ne peut pas tomber sur des difficultés lors de l'installation et les ingénieurs ont pensé à tout. Des attaches murales sont fournies ; un guide-câble est prévu pour faciliter le branchement et deux petits orifices sont agencés dans chaque pied pour passer du câble 2,5 mm². La base en caoutchouc du pied s'enlève pour laisser apparaître les deux connecteurs dorés de qualité où les câbles se branchent comme par enchantement : intelligent et de bon goût. L'ensemble est très compact et ferait plutôt naître des doutes quant au résultat final. Mais B&W n'est pas du style à ternir sa réputation avec un produit de moindre qualité.

Les aigus sont reproduits par un tweeter du type Nautilus, donc à charge tubulaire. Les médiums et bas-médiums sont pris en charge par un petit mais puissant haut-parleur à longs débattements muni d'un nouveau système diminuant les distorsions. L'ajout d'un évent de décompression accordé permet d'obtenir les 55 Hz à - 6db, une valeur incroyable pour une aussi petite enceinte. Du concentré de technologie!

Le caisson de graves est le plus souvent le vilain (gros) canard dans un système 5.1. Tant que vous n'avez déballé que les satellites d'un mini système Home Cinéma, Madame ne bronche pas, même si elle trouve que les mini-enceintes sont encore un peu grandes... (« ... et c'est obligatoire d'avoir les 5 ? ») Mais dès que vous avez sorti le subwoofer de sa caisse, là c'est la guerre ! Quand vous êtes invité chez un ami où vous constatez que le son de son système surround est particulièrement aigrelet et maigrichon, vous aurez compris : l'ami en question aura sauvé son ménage en remisant son subwoofer à la cave ! Avec le PV1D, les ingénieurs de B&W prouvent qu'ils aiment non seulement la musique, mais aussi nos épouses ! Sans déroger à leur exigence de qualité, ils ont bien intégré le WAF (Wife Acceptance Factor).

Le PV1D est un joli objet en forme de sphère, et peut facilement être pris pour un objet de déco. Le dessous est légèrement aplati et dissimule le panneau des branchements. On retrouve les entrées ligne gauche et droite classiques (sortie sub d'un processeur surround ou pré out d'un intégré stéréo) ; une prise type « Molex » destinée à recevoir le câble fourni qui se branche directement aux sorties haut-parleurs de votre ampli stéréo si celui-ci n'a pas de sortie « pre-out » ; deux prises « trigger » 12v pour un éventuel contrôle à partir d'une unité centrale, et une interface RS232. De chaque côté de la sphère apparaissent les deux woofers de 20cm, de très bel aspect. Le système acoustique est de type clos et la puissance de l'amplificateur en classe D atteint 400W. Un puissant circuit DSP est intégré, qui peut être commandé à partir d'un petit panneau de commande situé sur un des côtés, ou via un PC branché à l'interface RS232. Les spécifications sont impressionnantes, à la limite de l'incroyable. Le fait qu'il puisse reproduire le 6,5Hz à - 6DB montre qu'il est à l'aise avec les effets de type « sensurround » les plus extrêmes. Les enregistrements disponibles dans le commerce étant la plupart du temps coupés en-dessous de 20 Hz, un subwoofer capable de descendre encore plus bas déplacera plus d'air et générera des sensations plus intenses.

Le PV1D peut être configuré avec le panneau de commande latéral, mais également à partir d'un PC. L'application SubApp contient les données de nombreuses enceintes B&W, de sorte que l'intégration du sub sera rapide et optimale. Divers paramètres peuvent être ajustés : le gain, la sensibilité, la fréquence de coupure, la phase, et même la pente du filtre. Les paramètres choisis peuvent être mis en mémoire dans des présélections accessibles via le panneau de contrôle. Le PV1D permet 4 réglages différents d'égalisation, de sorte que la reproduction du grave peut être modulée à souhait. Le microprocesseur va traiter le signal entrant suivant un des réglages EQ choisis et va veiller à ce que, en tenant compte des limites mécaniques, même aux fréquences les plus basses, le subwoofer ne va pas saturer, ni les étages de sortie distorsionner, ni les composants claquer. La conséquence est que le sub peut reproduire des fréquences ultra-basses à tous niveaux sans risque. Le branchement à un système domotique est un jeu d'enfant grâce au port RS 232, et surtout aussi grâce au mode d'emploi très clair et détaillé comme toujours chez B&W. Le PV1D n'est pas seulement l'unité de base du système MT-60D; il peut aussi faire profiter de ses qualités n'importe quel autre système d'enceintes acoustiques. J'ai donc succombé à la tentation de mener le test du sub également comme un élément à part entière.

L'ensemble est très élégant, d'un look ultra-moderne , livrable en noir mat ou en blanc. Les coffrets en aluminium sont d'une très belle finition. Les satellites sont suffisamment compacts pour trouver place partout, ce qui n'est pas toujours le cas avec un système multicanaux. Le caisson de graves est un objet de déco en soi et est fait pour être vu. Comme je disposais de ce set pour un temps limité, je n'ai bien sûr pas monté les satellites au mur ; je me suis contenté de les poser sur mon système existant. Les deux à l'avant sur mes colonnes, et les deux à l'arrière sur des pieds d'enceintes standard, ce qui d'ailleurs n'était pas très stable. B&W propose heureusement dans son catalogue des pieds dédiés, donc pas de problème d'installation.

Et c'est parti!
La combinaison avec mon Harman Kardon 7500 s'est révélée être un coup dans le mille. Le tweeter Nautilus délivre un son doux et néanmoins détaillé. L'intelligibilité des voix est le point fort de l'enceinte. Pour un système multicanaux, c'est certainement un bonus. Heureusement cela ne va pas de pair avec une sur-définition agressive.
Une première session d'écoute s'est faite avec de la musique en stéréo pure. L'homogénéité du sub avec les deux satellites est parfaite. Trop souvent, à l'écoute de musique, un sub combiné à de petites enceintes pauvres en basses doit être coupé trop haut et on peut de ce fait le situer dans l'espace. Rappelons qu'en dessous d'une certaine fréquence (≤ 100 Hz), la source sonore n'est pas localisable. Un sub coupé trop haut ou mal filtré donne donc l'impression désagréable que du son vient de lui. La combinaison VPD1 avec les M1 rejoint la perfection en équilibre : les coups de basses semblent vraiment sortir des M1, et non du sub. Merci donc aux belles capacités de reproduction des graves chez les petites M1 : le PV1D peut avec elles faire son vrai boulot : donner une assise à l'extrême grave et renforcer l'énergie de celui-ci sans être envahissant. Paradoxalement en apparence, ne pas entendre le sub correspond au meilleur résultat (... ce qu'acceptent difficilement les néophytes qui viennent de payer cher pour l'obtenir !!!). Mais c'est la vérité : un bon sub ne s'entend pas, sauf lorsqu'on le débranche ! La reproduction des médiums n'est pas en reste : B&W ne faillit pas à sa réputation dans ce domaine. La voix humaine se situe principalement dans cette zone de la bande passante et les voix féminines surtout sont les chéries des M1. Ce qui n'empêche pas d'écouter avec beaucoup de plaisir « The Wall » de qui vous savez. La qualité du PV1D se fait ici fortement ressentir et les Pink Floyd emplissent puissamment l'espace de votre salle d'écoute. Le système est aussi suffisamment subtil et délicat pour reproduire avec bonheur la musique classique et la musique de chambre. Le superbe tweeter n'est pas étranger à la capacité de ce système à focaliser les instruments dans l'espace.

La session suivante fut bien sûr une séance de cinéma. Pour tester, « The Return of the King » en Extended Version (pour prolonger le plaisir...) et le troisième volet du « Seigneur des Anneaux » sont des choix judicieux. Des grondements sourds des coulées de lave de la Montagne du Destin au bruit strident des épées s'entrechoquant, le système MT-60D nous porte au cœur de l'action et le niveau sonore délivré est certainement suffisant pour transformer en salle de cinéma privé un local de moyennes dimensions. Et si vous tremblez d'effroi en entendant le cri des Nazgûl, alors vous saurez pourquoi vous avez opté pour la qualité.

Conclusion
Les prétentions du MT-60D sont justifiées : le set combine des satellites étonnamment compacts et super bien conçus avec un subwoofer non seulement élégant mais aussi bourré de technologie. L'ensemble est capable de magnifiques prestations musicales, et se distingue par une reproduction très réaliste pour sa taille des bandes-son de nos films préférés. Certes, ce n'est pas donné, mais c'est du B&W et la facture est vite oubliée devant le plaisir tant visuel qu'acoustique que l'on en obtient.

Les pour et les contre
+ ultracompact, les satellites comme le sub
+ superbe exercice de style pour les M1, un PV1D qui fait le « buzz »
+ malgré cela, aucun compromis au niveau de la qualité sonore. B&W place la barre très haut.
- où est-ce que je vais poser mon verre, maintenant, avec toutes ces formes rondes ?

 

 

Photos des branches



Restez informé


Banners

Hifi Corner Trading


Hifi Corner Tweet

Lyngdorf TDAI 2170 sera disponible!
Tweet
Enfin, le voila ; le nouvel amplificateur avec "Room Correction" sera disponible . Demonstrations dans nos salles d'exposition est deja possible!


Promos

Loewe Speaker Individual L1
Promotie


Heures d'ouverture

Deurne
M
D 10u 12u 14u 19u
W 10u 12u 14u 19u
D 10u 12u 14u 19u
V 10u 12u 14u 19u
Z 10u 12u 14u 18u
Z
Schoten
M
D 10u 12u 14u 18u
W 10u 12u 14u 18u
D 10u 12u 14u 18u
V 10u 12u 14u 18u
Z 10u 12u 14u 17u
Z
Antwerpen
M 10u 13u 14u 18u
D 10u 13u 14u 18u
W 10u 13u 14u 18u
D 10u 13u 14u 18u
V 10u 13u 14u 18u
Z 10u 13u 14u 18u
Z